Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal
Accueil>Actualités>Lancement d’un appel international à manifestation d’intérêt

  Actualités

Classement moyen

Nouvelles connexes

Lancement d’un appel international à manifestation d’intérêt

Date: février 19  2013
DomaineInfrastructures publiques
Haute personnalité Entreprises; Gouvernement; Citoyens; Non-Citoyens
 

GIS – Fev 19, 2013 : Le projet du métro léger, connu comme le Mauritius Light Rail Transit (MLRT), sera concrétisé d’ici cinq ans. Récemment, un appel international à manifestation d’intérêt a été lancé, ce qui permettra aux firmes et consortiums intéressés par le projet, présenté sur un modèle de partenariat public-privé (PPP), de concourir pour une présélection en vue d’un appel de propositions final qui aura lieu en septembre 2013.

 

Les parties intéressées doivent soumettre leur offre non-contractuelle à travers le site dédié au projet (www.mauritiuslightrapidtransit.com), et s’enregistrer en s’acquittant des frais non-remboursables de 5000 dollars américains. Le MLRT sera procuré en conformité avec la Public Private Partnership Act No 37 de 2004. La date limite pour la soumission d’une manifestation d’intérêt est le vendredi 12 avril 2013 à 15 heures. Le projet est piloté par la Mass Transit Unit, constituée au sein du ministère des Infrastructures publiques, de la National Development Unit, du Transport routier et de la Marine, et placée sous la direction de Dr. Koshik Reesaul, Principal Engineer à la Traffic Management and Road Safety Unit.

 

La première phase du projet de MLRT, en tant que mode de transport alternatif, sera mise en oeuvre de Curepipe à Port Louis, et les travaux débuteront en octobre 2014. Un projet d’une telle envergure nécessite normalement des travaux s’étalant entre trois et cinq années. L’objectif principal de ce projet est de résoudre en partie les problèmes liés à la congestion routière et d’offrir un système de transport public efficace et de qualité. Il sera accompagné de toute une série de mesures relatives comme un service de bus intégré et un système de billetterie.

 

Par ailleurs, un atelier de travail multicritère réunissant des techniciens de Singapour et de Maurice s’est tenu à la fin de janvier 2013. Il est à noter que ce projet de MLRT est exécuté en collaboration avec le gouvernement singapourien. Ce dernier, à travers la Singapore Corporation Enterprise (SCE), se propose de déterminer un alignement réalisable pour le corridor du MLRT entre Curepipe et la capitale, de procéder à une analyse économique et financière du projet, de générer un intérêt croissant du marché pour le projet de la part des parties intéressées, d’initier des appels d’offres chiffrés, et de procéder à une analyse détaillée des possibilités d’extension du projet de MLRT vers le nord et le sud de l’axe Curepipe – Port Louis. Le gouvernement mauricien est donc résolu à construire un MLRT guidé sur rails pour cette desserte, surtout en raison du besoin pressant d’établir de nouveaux corridors à travers les zones urbaines, et aussi à offrir un système de transport public durable et de classe mondiale.

 

Le coût total pour les services de conseils est estimé à Rs 180 millions et couvre la phase 1 de l’accord signé, sur une durée limitée à 11 mois. Les résultats qu’obtiendra la SCE permettront ensuite de déterminer les coûts de construction du projet de MLRT. Selon de précédents rapports, le MLRT couvrirait une distance d’environ 28 kilomètres et comprendrait une douzaine de stations situées tout au long de l’alignement de l’axe Curepipe – Port Louis. L’accès aux stations se ferait grâce à un système intégré de navettes. Toutefois, toutes ces questions, incluant le type de train requis et les spécifications, seront finalisées à travers les différentes options étudiées par la SCE.

 

Avant de finaliser le tracé du MLRT, une étude est actuellement entreprise par la SCE et la MTU pour analyser les possibilités de circulation autour des éventuelles stations, tout en considérant l’option pour des passagers de garer leurs voitures dans une aire de parking avant d’embarquer. De même, l’impact de ce mode alternatif de transport sur le trafic environnant doit également être pris en considération, avec l’aménagement d’infrastructures routières appropriées, mis à part le système intégré de navettes.

 

Rappelons que c’est en septembre 2010 lors de la visite officielle du Premier ministre, Dr. Navinchandra Ramgoolam, à Singapour, que la SCE a été approchée par le gouvernement de Maurice pour partager l’expérience et l’expertise singapouriennes dans l’implémentation d’un système de métro léger. Un Steering Committee avait ainsi été constituée début 2011 sous la présidence du Secrétaire au Cabinet et Chef du Service civil, afin d’examiner les modalités du projet de MLRT. Subséquemment, les propositions de la SCE ont été analysées par un Due Diligence Committee comprenant des officiers mauriciens et indiens.

 

Il y a près de 2070 kilomètres de routes à Maurice. Parmi, 48,5% sont des routes principales, 28,7% sont des routes secondaires, 3,6% représentent les autoroutes et 19,2% représentent d’autres types de routes. Le nombre de véhicules par kilomètre de route est approximativement de 180. Le réseau d’autobus est organisé principalement autour de Port Louis, et comprend 220 lignes d’autobus et environ 900 arrêts d’autobus. Tout ceci appelle donc un mode de transport alternatif comme le MLRT

(0) Comment(s)